La méthode fédérale, en route pour la performance

Dans cet article, vous trouverez une présentation de la méthode fédérale orienté vers la découverte de cette méthode, sur ces principes et sur ses objectifs

La méthode de tir fédéral est une méthode fournie par la Fédération française de tir à l'arc. Cette méthode s'applique avant tout aux archers classiques, avec viseur et avec prise de corde au menton. Cette méthode a été développé avec des archers de haut niveau essentiellement dans des conditions de tir en salles et FITA (terrain plat, 70m). Cependant, les points techniques abordés dans cette méthode peuvent être étendus ou adapté pour toutes les autres disciplines.

Philosophie

La méthode fédérale a pour objectif de fournir une méthode de tir orientée sur la technique et non sur les résultats. Le prédicat de base est que seul ce qui ce passe sur le pas de tir compte, ce qui ce passe en cible n'est qu'une conséquence du tir de l'archer.

Cette méthode a donc comme prétention de fournir un ensemble de règle pour converger vers un tir fiable, s'appuyant sur  des fondamentaux simples à mettre en place et basés sur la reproductibilité et sur l'économie de dépenses énergétiques.

Les fondamentaux

Cette série de fondamentaux est le point de départ de la méthode fédérale. Il répertorie un certain nombre de points à mettre en place lors du tir.

La Posture

La posture est ce qui doit être mis en place sur l'archer avant même de considérer l'arc ou la flèche. La posture est le pilier du reste des fondamentaux.

Les pieds

Les pieds doivent être parallèles à la ligne de tir, alignés dans l'axe de tir (perpendiculaire à la cible) et écartés d'une largeur de bassin ou d'épaules. Le but étant de créer un rectangle d'équilibre formé par les pointes et les talons des pieds.

Le bon placement des pieds est la base de l'équilibre de l'archer durant le tir. Cela permettra ensuite de pouvoir placer correctement le reste du corps.

Les membres inférieurs

Les membres inférieurs (ischio et mollets) doivent être tendus mais non contractés. Les muscles doivent être relâchés. Une tension dans les muscles entraînerait une fatigue musculaire prématurée et inutile. Cependant des membres inférieurs détendus ou pliés ne sont pas stables et cela produit une position non reproductible.

Le bassin

Le bassin doit être mis en rétroversion. Cette position permet une extension maximale du grand dorsal qui favorise une utilisation optimale du muscle. Pour mettre en place cette position, il est obligatoire de gainer la ceinture scapulaire ainsi que les fessiers. Cela permet donc de consolider le bloc abdominal et de faire une lien fort entre les membres inférieurs et le buste. On stabilise donc l’ensemble du buste et on consolide l'équilibre apporté par le bon placement des pieds et des membres inférieurs. Cela aide également au bon placement des épaules

Les épaules

Les épaules doivent être alignées, dans l'axe de tir (en direction de la cible), horizontales et en position basse.

L'alignement des épaules avec l'axe de tir va permettre d'aider à l'orientation de l'arc, à la mise en tension correcte de la corde et donc à la trajectoire de la corde lors de la libération. Le fait de placer les épaules basses va permettre de limiter la fatigue musculaire au niveau des trapèzes, de limiter la tension des muscles du cou et de libérer le cou pour positionner la tête.

La position des épaules est primordiale, il s'agit du socle d'appuis et de traction de l'arc. Une bonne position des épaules permet de limiter la fatigue musculaire et de rendre reproductible cette position.

La tête

La tête doit être droite, aligner avec la colonne vertébrale, en rotation autour de celle ci, en direction de la cible (avec un angle proche de 90° par rapport a la position au repos de la tête). Une bonne position de la tête est importante pour la reproductibilité du geste et la fiabilité de la visée. Cela permet également de faciliter le passage de la main de corde pour trouver les contacts

Les Placements

Les placements sont ce qui permet d'avoir un lien fort entre l'arc et l'archer. Grâce à la position, l'archer est stable et dans une position reproductible. Les placements permettent d'avoir un lien fort entre les différents repères , contact et points de l'arc.

La prise d'arc

La prise d'arc doit se faire au fond du grip de la poignée de l'arc. Les articulations des phalanges au départ des doigts doivent être alignés à 45° par rapport au plan d'arc. Le paume de la main doit aussi être a 45° par rapport a la ligne verticale qui passe par le point de contact entre le grip et la main d'arc.
Dans cette position, le poignet est capable de s’articuler pour que la main puisse être abaissé et relevé en rotation autour du poignée et dans l'axe du plan d'arc. Ceci pour permettre une éjection de l'arc dans l'axe de tir et donc favoriser une reproductibilité de cette éjection.
L'autre point important est le relâchement de la main et des doigts pour ne pas induire dans l'arc des forces parasites (torque sur la verticale de l'arc) qui pourrait nuire à la stabilité de l'arc, à l’éjection de la flèche et de l'arc.

Le bras d'arc

Le placement du bras d'arc est très important, si il est bien effectué, cela permet d'avoir un arc stable pendant toute la phase de tir et ce sans se fatiguer. Le bras d'arc doit être tendu et le coude doit être tourné l’extérieur et donc la pliure de l'articulation du coude vers l'intérieur, idéalement proche de la ligne verticale. On peut également utiliser comme point de repère le creux situé au niveau de l'épaule (entre la rotule de l'épaule et la clavicule) qui doit se situer vers le haut. Ce placement permet de positionner le bras en blocage osseux au niveau de l'épaule et donc de pourvoir soutenir une forte pression contre le bras sans avoir à utiliser de muscle pour maintenir l'effort. Cela permet donc de converger vers un appuis stable pour une mise en tension efficace et une orientation de l'arc facilitée. Cela permet également de donner à l'arc un point d'appuis stable qui servira de guide lors de l’éjection de l'arc.

La prise de corde

Une bonne prise de corde doit être solide et contraindre le moins possible celle-ci pour ne pas perturber la libération de la corde. La prise de corde doit se faire à 3 doigts (index, majeur, annulaire) au niveau de l'articulation de la troisième phalange (dernière phalange avant la fin du doigt). La force appliquée sur la corde doit être équitablement réparti sur les 3 doigts. Il faut particulièrement faire attention à ce que l'annulaire soit bien utilisé et crocheté au niveau de la corde, cela permet d'obliger la main à ce placer verticalement dans le plan d'arc. La première phalange de chaque doigt doit être alignée avec le plat extérieur de la main. Une bonne prise de corde va permettre d'avoir plus facilement l'arc orienté dans la bonne direction et dans le plan vertical. Si la main de corde n'est pas verticale, on vrille la corde et on entraîne donc des forces parasites au niveau du maintient de l'arc. De plus, une main bien crocheté au niveau de la dernière phalange permet de faciliter la libération de la corde et donc favorise une trajectoire optimale de la flèche à la libération.

Alignement Main - Poignet - Avant Bras

Du départ à la fin du geste, particulièrement dans la phase de traction, il faut garder un alignement complet du plat de la main, du poignet, et de l'avant bras. Cet alignement permet de limité la fatigue musculaire en gardant une axe de traction linéaire entre le coude et doigts qui tiennent la corde. Cela permet également d'avoir, vers la fin du mouvement une position du bras de corde totalement aligné avec le plan d'arc et donc d'optimiser la trajectoire de la corde et de la flèche lors de la libération.

Les contacts

Après la prise d'arc, les contacts sont le second point de liaison entre l'arc et l'archer. C'est ce qui va permettre d'avoir une orientation de l'arc, de la flèches constante, reproductible. Le contact entre la main de corde et la mâchoire doit ce faire entre la première phalange de l'index et l'os sous la mâchoire (maxillaire inférieur). Le pouce doit lui être parallèle à la première phalange et appuyé entre le maxillaire inférieur et le cou. Un bon contact entraîne une plissure de la peau du cou sous le lobe de l'oreille. Le contact doit être franc, sûr et doit bloquer le mouvement de la main par rapport à la tête dans les axes horizontaux et latéraux mais il dois laisser la liberté de mouvement dans l'axe de tir pour permettre à la main de glisser le long de la mâchoire. Un tel appui permet d'assuré la stabilité de la main de corde au moment de libération. Cela permet également d'avoir des repères tactiles pour une reproductibilité du geste et enfin cela assure un alignement de l'axe de visée dans le plan d'arc.

Les Mouvements

Les mouvements sont les points clés des gestes à faire entre le début de la phase de tension sur la corde et la fin de la libération de la corde avec le basculement de l'arc.

L'orientation de l'arc

L'orientation de l'arc est le résultat d'un bon placement et d'une bonne posture. Durant le mouvement, l'arc doit être en direction de la cible, dans l'axe de tir pour permettre d'avoir l’œil, le viseur et la cible aligné. L'arc doit être parfaitement vertical et perpendiculaire au plan formé par la cible. Une bonne orientation de l'arc garantie une bonne trajectoire de la flèche.

La mise en tension

La mise en tension de la corde doit se faire dans le plan vertical, aligné avec le plan d'arc. Il faut exercer une traction de la corde proche de la ligne des épaules pour éviter de faire des efforts inutiles en tractant la corde sur les cotés.Un bon alignement de la mise en tension permet d'optimiser la trajectoire de la flèche lors de la libération de corde. Il faut également faire attention à garder avoir une traction continue, sans oscillations. Une traction continue des muscles du dos permet de garder un équilibre dynamique des forces appliqués dans le bras d'arc et dans la main de corde durant toute la traction de la corde. Un arrêt de cette traction entraine un relâchement de la tension musculaire qui devient difficile a reprendre et qui provoque des tremblements

La libération

La libération de la corde est un des points technique les plus important, une mauvaise libération a des conséquence très importante sur le résultat du tir. La libération de la corde doit ce faire par un relâchement des doigts, et non pas une ouverture (forcé) des doigts. Ce relâchement doit ce faire en continuité de la mise en tension, sans marquer d’arrêt du mouvement. Ce relâchement dans le plan d'arc permet de stabiliser la trajectoire de la corde lors de la propulsion de la corde et d'augmenter la stabilité du viseur lors de la dernière phase de visée. Cette libération entraine un léger recul de la main lors de la libération.

L'ensemble des ces points sont les fondamentaux techniques définis comme la base par la méthode fédérale.

La CVM

La Coordination Visuo-Motrice est la coordination de la vue et de la gestuelle. Dans le cas du tir à l'arc, cela va concerner la synchronisation de la visée et des mouvements vue précédemment. En élargissant ce concept, la CVM est ce qui va permettre d'ordonnancer l'ensemble des actions de l'archer (visée, concentration, respiration, mouvements).
Pour cette partie, le mieux est de ce référer à cet article qui est très bien fait :
http://www.arc-poitoucharentes.fr/medias/files/315-c-v-m-2011.pdf

Sources

  • Livre Tir a l'arc - Méthode pour la performance (FFTA) ISBN : 978-285180-739-7
  • Formation Entraineur 1 par l'ETR Midi-Pyrénées http://www.etrmp.fr/
  • La Coordination Visuo-motrice, Philippe ORTUNO, Ligue Poitou-Charentes

Pour toutes remarques, correction ou question n'hesitez pas à me contacter,
Guillaume ESCANDE
contact@tacarc.org

Print Friendly
Ce contenu a été publié dans Archerie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.